Lutte contre l’influenza aviaire

Une Ă©volution très prĂ©occupante de la situation au regard du risque de propagation de l’influenza aviaire est actuellement observĂ©e au sein de l’union europĂ©enne : Depuis le dĂ©but du mois d’aoĂ»t, 130 cas ou foyers d’influenza aviaire ont Ă©tĂ© dĂ©tectĂ©s dans la faune sauvage ou dans des Ă©levages en Europe notamment au bord de la mer du Nord et de la mer Baltique, dont trois foyers dans des Ă©levages allemands. Dans le mĂŞme temps, la claustration de tous les Ă©levages professionnels a Ă©tĂ© dĂ©cidĂ©e aux Pays-Bas Ă  la suite de la dĂ©tection d’un foyer dans un Ă©levage de poules pondeuses. En Italie, six foyers ont Ă©tĂ© dĂ©tectĂ©s dans des Ă©levages de dindes de chair dans la rĂ©gion de VĂ©rone depuis le 19 octobre. Dans ce contexte et Ă  l’approche de la pĂ©riode migratoire Ă  risque, la France est en situation de forte vigilance. Trois basses-cours contaminĂ©es ont Ă©tĂ© recensĂ©es dans les dĂ©partements des Ardennes et de l’Aisne en septembre dernier. Ces contaminations ont Ă©tĂ© confirmĂ©es le 14 septembre (Aisne), le 9 septembre et le 13 septembre (Ardennes). Les animaux ont Ă©tĂ© abattus et la surveillance effectuĂ©e autour de ces basses-cours n’a pas rĂ©vĂ©lĂ© de diffusion du virus. Des cygnes ont Ă©tĂ© trouvĂ©s infectĂ©s par le virus de l’influenza aviaire le 12 novembre ( limite Meuse et Meurthe et Moselle). Une zone de contrĂ´le temporaire (ZCT) comportant 22 communes a Ă©tĂ© mise en place. L’emballement de la dynamique d’infection dans les couloirs de migration justifie l’élĂ©vation du niveau de risque et les mesures de prĂ©vention prĂ©vues par l’arrĂŞtĂ© ministĂ©riel du 16 mars 2016 dans tout le territoire mĂ©tropolitain. Par consĂ©quent le niveau de risque influenza aviaire a Ă©tĂ© Ă©levĂ© de « modĂ©rĂ© » Ă  « élevé » sur tout le territoire national par arrĂŞtĂ© » ministĂ©riel en date du 4 novembre 2021. Les mesures suivantes sont rendues obligatoires sur le territoire de toutes les communes : · Mise Ă  l’abri des volailles des Ă©levages commerciaux et la claustration ou mise sous filet des basses-cours ; · Interdiction de l’organisation de rassemblements et de la participation des volailles originaires des territoires concernĂ©s ; · Conditions renforcĂ©es pour le transport, l’introduction dans le milieu naturel de gibiers Ă  plumes et l’utilisation d’appelants ; Les mesures de confinement dans les basses-cours permettent d’empĂŞcher tout contact avec les oiseaux sauvages. Aucune dĂ©rogation n’est possible. Afin d’accompagner ces dĂ©tenteurs dans le dĂ©ploiement de ces mesures, un flyer reprenant l’ensemble des mesures de biosĂ©curitĂ© est mis Ă  votre disposition en pièce jointe de ce courrier. Il pourra ĂŞtre utilement affichĂ© dans les points d’information de votre commune. Toute mortalitĂ© anormale en Ă©levage professionnel ou non doit ĂŞtre signalĂ©e Ă  un vĂ©tĂ©rinaire sanitaire ou Ă  la direction dĂ©partementale de l’emploi, du travail, des solidaritĂ©s et de la protection des populations (DDETSPP). En complĂ©ment de ces mesures, la vigilance est renforcĂ©e sur la surveillance de la mortalitĂ© en avifaune. Toute dĂ©couverte d’un oiseau d’eau trouvĂ© mort (cygne, canard sauvage, poule d’eau…) ou de mortalitĂ©s groupĂ©es d’oiseaux sauvages correspondant Ă  la dĂ©couverte d’au moins 3 cadavres d’oiseaux d’une ou plusieurs espèces sur un mĂŞme site (sur un rayon d’environ 500m) et sur un laps de temps maximal d’une semaine doit ĂŞtre dĂ©clarĂ©e au service dĂ©partemental de l’office français de la biodiversitĂ© ou Ă  la fĂ©dĂ©ration dĂ©partementale des chasseurs pour prise en charge.

Fiche biosecurite basse cour-1-1